Connaître son profil psychologique MBTI pour mieux s’affirmer et communiquer

Nous sommes tous différents. Notre profil psychologique MBTI permet d’évaluer cette différence et de mieux se connaître. Et cela aide pour s’épanouir, lutter contre la timidité et retrouver confiance en soi.

Connaître son profil psychologique MBTI pour mieux s’affirmer et communiquer

Chaque être humain recèle un potentiel insoupçonné au fond de lui ! Par là, il faut comprendre que nous avons tous des facilités dans certains domaines.

Le problème est que nous n’en avons pas toujours conscience. Pire encore, il arrive fréquemment lorsque l’on traverse une période de doutes, que l’on se focalise sur nos difficultés naturelles.

Dans cet article, je souhaiterais vous parler d’un outil de connaissance de soi, de son inconscient qui peut justement aider quiconque à mettre le doigt sur ses forces innées.

Tout a commencé avec Carl Jung, un disciple de père de la psychanalyse Sigmund Freud. Pour faire simple, ce psychologue suisse constata qu’il existait des similitudes dans les fonctionnements des êtres humains liées au câblage du cerveau.

Par la suite, de nombreux psychologues s’intéressèrent à ses découvertes et les approfondirent. Parmi eux, Katerine Cook Briggs et Isabel Briggs Myers, une mère et sa fille complétèrent son « œuvre », en aboutissant à une matrice de 16 profils psychologiques.

Ce que je vous propose au travers de cet article, c’est de plonger à la découverte d’un outil de connaissance de soi, qui pourrait bien changer votre vie. Et pourquoi ne pas découvrir votre mission de vie sur Terre, en reconsidérant certains de vos points de vue et en prenant conscience de votre potentiel ?

Qu’est ce que le MBTI

Le modèle MBTI part donc du constat que nous avons tous certaines préférences innées dans certains domaines. C’est précisément la combinaison de ces 4 préférences qui constitue le « type » MBTI parmi les 16 et donc la personnalité psychologique de la personne.

La façon de trouver son énergie

La première des prédilections de chaque être humain qui fut mise en évidence par Carl Jung en son temps, concerne le canal pour lequel nous optons instinctivement pour trouver notre énergie.

Le psychologue suisse, constata que la moitié des individus se sentent plus énergiques lorsqu’ils sont isolés des interactions sociales.

En d’autres termes, plus il y a de monde autour d’eux, plus ils sont obligés de parler et d’échanger plus ils dépensent d’énergie.

A l’inverse, dès lors qu’ils sont seuls ou qu’ils lisent tranquillement dans une pièce silencieuse, ils vont « recharger leurs batteries » et sentir vraiment bien dans leur peau. Ces individus sont surnommés les « introvertis » (symbolisés par la lettre »I »).

Si cela vous semble évident, sachez que pour 50 % de la population c’est radicalement l’inverse.

En effet, pour l’autre moitié des êtres humains c’est le fait d’être isolé, coupé des échanges avec ses semblables qui est épuisant. En effet, les « extravertis » se nourrissent des interactions sociales… En d’autres termes, plus il y a de monde qui gravite autour d’eux et plus ils sont dynamiques.

La lettre qui caractérise cette préférence dans le modèle est la lettre « E » pour extraversion.

A noter comme pour les 3 autres prédilections que personne n’est 100 % l’un et 0 % l’autre… Il faut plus voir cela comme un curseur plus ou moins marqué.

Le mode instinctif de recueil des informations

La façon que chaque être humain utilise prioritairement et majoritairement pour récolter les informations qu’il envoie au cerveau fut également étudiée par Carl Jung.

Il constata là encore qu’il existe 2 comportements préférentiels.

Un mode dit sensitif utilisant en premier lieu les 5 sens que sont l’ouïe, le toucher, le goût, l’odorat et la vue pour capter les informations qui permettent à l’individu de prendre ses décisions.

Les quelques statistiques existantes estiment que 70 % de la population utilise en priorité ce mode.

Les autres 30 %, pour leur part, se servent de préférence de leur sixième sens. Cela ne veut pas dire qu’ils n’utilisent pas leurs sens primaires mais plutôt qu’ils sont plus à l’aise avec leur intuition.

Le modèle MBTI symbolise la préférence des êtres sensitifs par la lettre « S » et l’intuition par le lettre « N ».

Au-delà de simplement connaître son processus préférentiel de recueil des données (ou celui de son conjoint), ce qui est intéressant est de connaître les « qualités » ou caractéristiques que l’on retrouve automatiquement chez chacun des types de personnes.

Je ne rentre pas dans les détails, mais par exemple les individus « S » sont considérés plus orientés vers le concret, vers l’action et plus terre à terre quand les « N » sont plus conceptuels et lents dans leurs attitudes… Il existe un tas de signaux du genre.

Le processus de prise de décision

Une fois l’information obtenue, que ce soit par un mode ou un autre, elle est envoyée au cerveau de manière à permettre la prise de décision.

Là encore le psychologue suisse mit en évidence l’existence de deux prédilections chez les être humains.

D’un côté, il distingua la préférence pour la logique, c’est à dire le raisonnement et de l’autre, par opposition il décrivit la prédilection pour le cœur, les émotions, en un mot : l’affect.

D’ailleurs en fonction des situations chaque individu opte pour un mode ou l’autre de manière le plus souvent instinctive.

Voilà pourquoi peut-être dans une même situation vous réagirez différemment de votre conjoint. Quand les individus « Feeling » (symbolisés par la lettre « F ») sont plus versatiles et plus dans la nuance car fondant leurs décisions sur les éléments subjectifs comme leur ressenti, les êtres « Thinking » (symbolisés par la lettre « T ») appuieront leurs résolutions sur des critères factuels, chiffrés et objectifs.

Vous avez donc compris qu’il existe deux modes préférentiels de choix mais là encore les déductions qui sont faites par le modèle inspiré des travaux de Carl Jung, permettent d’en savoir bien plus sur les êtres humains.

Ainsi on associe par exemple la quête d’harmonie, de climat apaisé et la recherche permanente du consensus aux personnes privilégiant la lettre « F ». Par opposition, celles dites « thinking », n’ont pas peur du conflit et se distinguent par leur discours franc et direct, sans prise de gants.

Il n’y a pas un mode meilleur que l’autre, mais nous sommes toutes et tous plus ou moins à l’aise avec le « cœur » ou la « logique ».

Le style de vie

Enfin, la dernière des préférences, concerne le style de vie ou le mode d’action de l’individu.

Cette préférence renvoie à la façon que nous avons tous de nous situer dans notre environnement, de gérer le temps, de nous organiser ou encore de gérer l’imprévu.

D’une part les personnes « J » (comme Jugement) sont plutôt prévoyantes, dans l’anticipation puisqu’elles détestent les surprises et les changements de dernière minute qui les mettent dans l’inconfort.

Au risque de caricaturer, ces dernières ont besoin de souffrir d’abord pour ensuite profiter de leur vie. Un étudiant de 20 ans privilégiant le « jugement » préparant ses examens, révisera d’abord avant d’aller s’amuser. A l’inverse un étudiant « P », se divertira d’abord et révisera ensuite.

Car pour les êtres plutôt Perception (« P »), l’important est de vivre dans le présent et de profiter au maximum sans forcément penser au lendemain. Ces derniers préfèrent attendre le dernier moment, se disant inconsciemment que choisir ou décider trop tôt pourrait leur faire manquer une opportunité. Ils privilégient l’efficacité à la sécurité.

Là où les « J » fonctionnent étape par étape suivant un mode séquentiel, les « P » ont plus une vision d’ensemble et se projettent dès le départ vers l’objectif final.

Ces derniers ne sont pas perturbés par les imprévus et ont une très bonne capacité d’adaptation face aux changements brusques d’ailleurs si les « J » aiment anticiper, les personnes « P » sont très efficaces dans le rush de dernière minute.

Je m’arrête là pour les descriptions mais sachez qu’il existe encore de nombreuses autres particularités liées à chacune des deux préférences.

Multiples bénéfices

Comprendre quelles sont vos préférences parmi les 4 que nous venons de décrire vous permet de connaître laquelle des personnalités psychologiques parmi les 16 du modèle vous correspond.

Connaître son type MBTI, peut avoir une multitude d’utilités pratiques :

  • Connaissance de soi et développement personnel
  • Amélioration de sa communication
  • Cohésion d’équipes
  • Développement des organisations
  • Formation à la diversité et au multiculturalisme
  • Exploration des options de développement de carrière
  • Résolution de problèmes et gestions des conflits
  • etc…

Parmi cette liste, nous allons en approfondir 3 qui me semblent directement liées à la confiance et à l’estime que l’on peut avoir de soi-même.

Mieux se connaître pour prendre conscience de son potentiel

Avant toute chose, le MBTI permet de mieux se comprendre personnellement. Ce que je veux dire par là, c’est que grâce à cet outil, chacune ou chacun peut enfin mettre une explication presque scientifique sur certains traits de sa personnalité.

Le MBTI, basant ses enseignements sur le câblage neurologique de chaque être, il est possible d’affirmer que certains de nos comportements ou plutôt certaines de nos attitudes sont très influencées par la façon dont notre cerveau a été câblé à la naissance.

Pour certaines personnes, se sentir différent n’est vraiment pas une chance et elles rêveraient d’être comme tout le monde.

Je pense en premier lieu aux personnes du tempérament NF (à la foi « intuitives » et « feeling ») qui ne sont pas faites pour fonctionner dans une Société aussi cadrée que la nôtre.

Il est facile de comprendre pourquoi pour ces êtres plus sensibles que la moyenne peuvent se sentir en décalage dans un monde tourné avant tout vers l’efficacité.

L’acceptation de soi est une étape cruciale si l’on souhaite s’affirmer et se sentir à sa place et non inférieur à l’autre. Tout commence donc par une (très) bonne connaissance de soi et en ça le MBTI peut être un instrument « salvateur » car il permet de devenir une plus belle personne.

En mettant le doigt sur nos qualités naturelles et sur nos points faibles innés, il nous montre la voie du développement et du rayonnement.

Mieux comprendre les autres pour vaincre sa timidité

Se connaître c’est bien… Comprendre l’autre et sa différence en plus, c’est encore mieux !

Le MBTI permet d’acquérir une plus grande ouverture d’esprit car il fait prendre conscience que nos facilités et nos difficultés dans certains domaines, ne sont pas exclusivement liées à notre volonté.

Si vous savez que votre interlocuteur est « extraverti » et vous « introverti », vous pouvez plus naturellement prendre du recul quant à la sensation de vous sentir anormal. Être timide, c’est éviter de se montrer au monde tel que l’on est…

Mais dès lors que l’on comprend que notre différence est innée et qu’elle nous confère des atouts que « l’autre » n’a pas forcément, on franchit inévitablement un cap dans l’affirmation de soi.

Vous l’aurez compris, l’un des plus grands bénéfices du MBTI se situe au niveau de la place que l’on accepte d’occuper au sein d’un groupe.

Découvrir et plonger dans la matrice des 16 personnalités, c’est comprendre que chacun à sa place dans la Société.

Le MBTI  permet de relativiser l’impression d’ascendant des autres.

Le fait de savoir qu’Albert Einstein (du type INTP) n’était naturellement pas doué pour exprimer ses émotions et ses sentiments du fait de son profil psychologique, permet de moins se sentir impressionné.

Idem, pour un génie comme Salvador Dali (du profil ENFP)… Sans même le connaître personnellement, je peux vous assurer d’après son profil psychologique MBTI qu’il n’avait vraiment pas le sens pratique.

Vous l’aurez compris, si on considère que la timidité vient d’un manque d’assurance, et que ce manque de confiance en soi est lié à une forme de « sentiment d’infériorité », le MBTI permet de voir d’un autre œil notre position dans notre environnement.

Dès lors que l’on comprend que chaque être a des zones d’inconfort naturelles, on ne se sent plus aussi impressionné.

A ce stade, je ne peux que vous inviter à remplir le petit questionnaire que je propose sur mon blog pour essayer de découvrir quelle personnalité psychologique parmi les 16 de la matrice MBTI pourrait bien vous correspondre.

Améliorer sa communication et gagner en assurance

Très souvent, quand on est timide ou que l’on manque de confiance en soi, l’un des handicaps majeurs se situe au niveau de nos interactions sociales.

Par peur de ne pas savoir comment s’exprimer ou par crainte de ne pas être bien compris, de nombreuses personnes préfèrent s’abstenir.

C’est précisément pour cette raison que le MBTI est un formidable outil, car il facilite la communication.

En effet, non seulement il permet de prendre conscience de son propre mode naturel d’expression, mais il permet surtout de comprendre que tout le monde ne fonctionne pas de la même façon pour s’exprimer.

Le modèle MBTI a démontré que les personnes qui privilégient la sensation (donc l’utilisation de leurs sens) pour recueillir les informations au quotidien, ont un mode de communication basé sur un langage détaillé, pragmatique et presque terre à terre.

Les personnes qui privilégient l’intuition (leur sixième sens) pour récolter les données de leur environnement, elles, ont un langage beaucoup plus conceptuel. Elles ont une approche imaginative et pour elles, une image vaut 1000 mots !

Il n’est pas rare que lorsque les deux se rencontrent, elles ont du mal à communiquer, n’utilisant pas les mêmes ressorts pour faire passer leurs messages.

Le sensitif détaillera les faits de façon excessive aux yeux de l’intuitif, et l’intuitif sera bien trop abstrait pour le sensitif.

Sachant cela, il est tout à fait possible (en forçant un peu sa nature) d’adapter son mode de communication pour se sentir mieux compris.

L’individu privilégiant la sensation pourra par exemple essayer de moins se perdre dans les détails, de moins accentuer ses descriptions et de donner une vue d’ensemble de ses messages.

Pour celui ayant une prédilection pour l’intuition, il s’agira de s’efforcer d’être un moins abstrait et d’illustrer ses propos par des exemples concrets.

L’élément clé qu’il faut comprendre ici, c’est que le MBTI permet de conscientiser son adaptation et donc de réduire ses difficultés de communication à tout moment.
Dès lors, on peut réduire drastiquement sa peur de se sentir incompris et on ose exprimer sa personnalité au monde.

Conclusion

Comme nous venons de le voir, la connaissance de soi en profondeur que permet un outil comme le MBTI, est la garantie de renforcer sa confiance en soi.

En prenant conscience des aptitudes liées au paramétrage de son cerveau, n’importe quel être améliore son estime personnelle.

Découvrir que nos qualités ne sont pas celles de tout le monde, comprendre qu’elles nous confèrent des facilités dans de multiples domaines est un cheminement progressif qui renforce petit à petit nos certitudes.

Plus qu’un simple outil de développement personnel, le MBTI s’appuie sur notre inconscient et nos qualités innées. C’est ce qui fait de lui un formidable amplificateur de notre potentiel.

À propos de l’auteur : Nicolas Galli

Nicolas Galli du site developpersaconfiance.com

Suite à quelques soucis de santé, j’ai pris conscience que la vie s’écoule très vite et qu’il ne faut pas attendre pour réaliser ses rêves. J’ai énormément travaillé sur la connaissance de ma personnalité psychologique pour comprendre d’où me venait cette peur de l’inconnu qui m’empêchait de vivre pleinement. Après 2 ans de travail, j’ai fait le pas et suis parti en solo faire le tour de l’Amérique du Sud avec mon sac à dos, ce qui reste le plus bel accomplissement de ma vie.

Convaincu que la magie se situe au-delà de mes peurs, j’ai décidé à mon retour de créer mon propre blog avec pour “humble” ambition, d’essayer d’aider un maximum de gens à retrouver confiance en eux, pour oser vivre leurs rêves.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.